[En bref: le gluten]

Plus que des désagréments intestinaux, un véritable frein à vos capacités mentales.

Vous avez des ballonnements après les repas ? Vous souffrez de diarrhées, de constipations ? Des migraines se manifestent ou des troubles visuels ? Vous remarquez des douleurs articulaires ou musculaires ? Vous êtes irritable, dépressif, anxieux ? (…)

Et même si vous ne manifestez aucun de ces symptômes, réduire la part de gluten dans votre alimentation, plus qu’un effet de mode, peu vous évitez de lourdes conséquences.

Mais qu’est-ce que le gluten ?

Composés de deux familles de protéines : les gluténines et les prolamines, cette substance « collante » permet bien des avantages techniques pour l’industrie actuelle. Celle-ci ayant obtenu ce composé après de nombreuses transformations (OGM) des anciennes variétés de céréales pour plus de productivité.
Mais il faudrait déjà commencer par parler « des glutens » puisque les céréales contiennent ces protéines sous différentes formes.

Intéressons-nous ici particulièrement la gliadine (contenu dans le blé, l’épeautre, le kamut) puisque la plus consommée et la plus impactante pour votre bien-être. Tout d’abord il faut savoir que la gliadine du gluten n’est jamais totalement digérée. Elle augmente l’irritabilité et favorise la perméabilité intestinale, chez tous les individus (que vous soyez intolérant ou pas). Les conséquences sont le déclenchement de réactions inflammatoires et maladies auto-immunes.

Notre équilibre est donc perturbé via notre intestin. Quel rapport avec nous capacités mental me direz-vous ?!

Et bien simplement parce que tous les fragments de gliadine qui n‘ont pas été digéré, vont se transformer (en gliadomorphine) et passer dans le sang. On les appelle alors les peptides opioïdes (propriétés opiacées comme l’opium). Ces molécules traversent ensuite la membrane protégeant le cerveau. Ils vont alors se fixer sur les récepteurs cérébraux et empêchent les zones touchées de fonctionner correctement.
En fonctions de la zone cérébrale affectée, les symptômes varient. Problèmes moteur, problèmes de langage, dyslexie, problèmes de cognition entraînant troubles de mémoire, de la concentration, de l’attention ou de l’apprentissage… Nous pouvons aussi parler d’autisme et de schizophrénie…

Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Si vous avez lu l’article précédent sur les TDAH (troubles de l’attention avec hyperactivité) vous comprendrez le lien. La gliadomorphine étant toxique pour vos neurotransmetteurs, à ce stade les conséquences sont trop importantes.

Voilà pourquoi il est nécessaire de se méfier des produits contenant du gluten, bien que n’agissant pas seul, d’autres aliments peuvent créer en association de graves déséquilibres. Mais nous en reparlerons dans les prochains articles ! 

En attend, il est urgent de prendre en main votre alimentation si vous souhaitez voir disparaître ces symptômes ou prévenir leur apparition. Bien qu’il ne soit pas toujours simple, seul, de connaitre les failles de notre régime alimentaire et de comprendre comment changer nos habitudes. C’est pourquoi je vous propose un coaching personnalisé pour vous y aider.

Parce que ce que nous mangeons défini qui nous sommes, en termes de comportements et de compétences : prenons le temps, ensemble, pour vous aider à acquérir plus de bien-être dans votre vie.

Votre coach, Laura.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *